Farthingale / Double jeu - épisode 8 saison 1

Précédemment dans Life...


Vous étiez l'inspecteur principal sur l'affaire Charlie Crews ?


Ouais, j'ai travaillé sur cette affaire.


Et aucun ADN ne me prouvera qu'on a pas eu le coupable.


Vous devriez parler à votre partenaire de la fusillade de la banque de LA.


C'était il y a 15 ans.


Vous devriez demander à votre partenaire


où est passé tout cet argent.


Tu veux me dire pourquoi tu mets ces livres dans des cartons ?


J'en aurai besoin à New York.


Alors je crois que je devrais y aller.


Rachel était dans la maison.


Son lit était défait.


Elle était là quand ça s'est passé.


Pas chez une copine.


Aucun de nous n'est seul.


Même quand nous expirons, d'autres inspirent.


La lumière qui brille sur moi,


Brille aussi sur mon prochain.


Ainsi,


chaque chose est liée aux autres choses.


Ainsi,


Je suis lié à mon ami


comme je suis lié à mon ennemi.


Ainsi,


il n'y a pas de différence entre moi


et mon ami.


Ainsi,


il n'y a pas de différence entre moi


et mon ennemi.


Aucun de nous n'est seul.


Pourquoi ne m'appelles-tu que quand il y a un mort ?


Où sont tous les meubles ?


C'est peut-être là tous les meubles.


Il est dans la cuisine.


Ce qu'il reste de lui.


Il devait être debout devant le frigo


avec la porte ouverte quand la cuisinière a explosé.


La porte a protégé son buste, mais ses jambes...


Evaporées.


Ça l'a coupé en deux, net.


Accident ou explosion préméditée ?


On en saura plus quand on l'aura démontée.


Il y a une fuite dans un de ces tuyaux, le gas s'accumule dedans.


Et la cuisinière se transforme en grenade, prête à exploser.


Il suffit d'une étincelle, et Boum.


Boum.


Edward Farthing.


C'est lui, mais l'adresse sur sa carte ce n'est pas ici.


J'en ai une autre.


- Une autre quoi ? - Carte d'identité


Joseph Gale.


C'est lui aussi.


Sur celle-là, il y a une autre adresse.


Pourquoi ce gars aurait-il besoin de deux cartes d'identité ?


Pourquoi est-ce qu'il aurait besoin d'une carte d'identité ?


On dirait qu'il n'est jamais là.


OK, allons vérifier ces adresses.


- Oui, je peux vous aider ? - Madame, je suis l'inspecteur Reese.


Qu'est-ce qui s'est passé ?


Vous connaissez un certain Edward Farthing ?


- Puis-je vous aider ? - Madame, je suis l'inspecteur Crews.


La police ? Il y a un problème ?


Vous connaissez un Joseph Gale ?


Edward est mon époux. Pourquoi ? Que s'est-il passé ?


Joseph est mon époux.


Il s'est passé quelque chose ?


Je suis avec la veuve.


C'est drôle que tu dises ça.


Traduction, relecture: Lafeelicita, Pouhiou. Resynchro: Grischka


~ SeriesSub.com ~


Il y a eu une explosion de gaz.


Où ça ?


A Cheviot Hills.


Vous étiez mariés depuis combien de temps ?


Cinq ans.


J'ai rencontré Edward à Mammoth, au ski.


Sur la piste noire.


À l'époque, il concourait sur le circuit


Il aimait aller vite.


Nous aimions tous deux aller vite.


Comment c'est arrivé ?


Il y a eu une explosion de gas.


- Où ça ? - A Cheviot Hills.


OK.


Je vois.


Marissa, depuis combien de temps Joseph et vous étiez mariés ?


Trois ans.


J'ai rencontré Joseph à...


la rétrospective Richard Serra.


Il m'a expliqué la beauté


du procédé d'oxydation, d'une façon qui


qui m'a fait pleurer.


L'oxydation ?


Vous parlez de la rouille ?


Si vous voulez.


Mais vous auriez dû entendre Joseph en parler.


C'était un homme d'esprit.


Elena ?


Puis-je savoir ce que votre époux faisait dans la vie ?


Que faisait Joseph dans la vie ?


Je ne suis pas sûre de pouvoir vous le dire.


Mais ça ne me surprend pas que ça ait fini par le tuer.


Pourquoi ne pas me dire ce que votre mari faisait dans la vie ?


Je pense que maintenant qu'il est mort, je peux.


De toute façon, vous le découvrirez bientôt. Ils vous le diront.


Joseph travaillait pour le gouvernement, vous voyez.


Pour quelle branche du gouvernement travaillait-il ?


Il n'avait pas le droit de me le dire. C'est vous dire si c'était top secret.


Vous voulez dire que votre époux était une sorte d'agent gouvernemental ?


Oui.


Ca a dû être dur, de vivre avec un homme aussi secret.


Ça l'était.


A cause de son...


son travail,


il était absent, durant de longues périodes.


Et il y avait ces appels en plein milieu de la nuit,


qui parfois le contrariaient énormément.


Vous avez dû être inquiète pour lui.


J'étais tout le temps inquiète.


Mais c'était pour le bien de la nation.


Le sacrifice d'avoir un mari souvent absent,


n'était rien comparé...


comparé à quand...


Mais il n'y avait pas que ses absences.


Il oubliait les choses.


Il était confus, et...


parfois...


parfois il oubliait même où il était.


Et qui il était.


Vous deviez beaucoup l'aimer.


Oui.


Il était gentil,


généreux.


Il était drôle.


et...


attentionné.


Il faisait ce qu'aucun homme...


que j'aie connu ne faisait.


Que faisait-il ?


Il m'écoutait.


Il m'écoutait.


Quand pourrai-je réclamer le corps de mon mari ?


Bientôt.


OK, si jamais c'est un agent gouvernemental,


on n'a qu'à envoyer ses empreintes à leur base de données...


Ils diront que pour eux, son existence n'est "ni confirmée, ni déniée."


OK. Donc on a un cadavre marié à deux femmes.


- Un demi-cadavre. - Un demi-cadavre.


Si l'une des épouses avait su pour l'autre,


ce serait un motif pour le tuer.


Si toutes les deux l'ont découvert,


peut être qu'elles l'ont tué ensemble.


- C'est ta théorie ? - C'est logique.


C'est surprenant que tu penses à une théorie logique.


Tu croyais que j'allais dire quoi ?


Que toutes deux avaient l'air de beaucoup l'aimer.


Marissa en avait l'air.


Et d'après ce que tu as dit, Elena aussi.


Et qu'elles n'avaient pas l'air d'être des femmes capables de meurtre.


Marissa n'en avait pas l'air.


Et d'après ce que tu m'as dit, Elena non plus.


Et malgré ça, tu penses qu'elles l'ont fait.


Tu sait comment on dessine le mot " Guerre " en chinois ?


Pile quand je croyais que tu allais me répondre...


- Je veux pas te forcer à l'entendre. - Dis-le moi..


- Pas si tu veux pas que je te le dise. - S'il te plaît,


Dis-moi comment on dessine le mot " Guerre " en chinois.


Pour le mot " Guerre ", en chinois,


on dessine deux femmes sous un seul toit.


Il a dit à ses deux épouses qu'il était un agent secret ?


Quitte à mentir, autant que ce soit gros.


Quand on a dit à ses épouses où il est mort, elles ne m'ont pas cru.


Comme si Cheviot Hills était une couverture du gouvernement.


Les deux épouses ont un alibi.


Marissa était à sa galerie. Elena prenait un cours de varappe.


On a rien qui ne puisse prouver qu'elles connaissaient l'existence de l'autre.


Ou qu'elles se connaissaient.


On a ratissé chaque maison du quartier.


Montré des photos des deux épouses.


Personne ne se souvient les avoir vues.


Qui peut vivre comme ça ?


Tout va bien ?


Imagine que tu sois marié à deux femmes.


OK, je joue.


Elles sont bonnes ?


Ouais, je suppose.


- Tu te l'imagines bien ? - Oui.


Bizarrement, j'y arrive.


Comment ça marche, pour toi ?


Pas si mal.


Pas si mal jusqu'au moment où elles te font exploser avec la cuisinière.


Je... vois pas ce que tu veux dire.


Tu leurs dis à chacune un mensonge différent.


Tous les maris mentent à leur femme, non ?


Quans j'étais marié, je ne faisais que mentir.


Pas toi ?


Non.


- Tu mentais sur quoi ? - Eh bien, tu... tu sais.


Sur les filles, et...


ce qui se passait dans les jets privés.


Et sur ce qui se passait avec les filles dans les jets privés.


Non, ce gars n'était pas comme ça.


Il ne mentait pas pour s'éloigner d'elles.


Il mentait pour être avec elles.


Peut-être qu'on devrait trouver des meubles, pour ici.


Arson a rendu son rapport. La veilleuse a été trafiquée.


Quelqu'un a transformé cette cuisinière en bombe.


Les relevés téléphoniques des épouses ne montrent aucun contact entre elles.


Davis.


On a un officier à terre.


Où ?


Ici, en bas, au parking.


Pardon. Merci.


Y avait-il un autre suspect pour les meutres des Seyblolt ?


Me relevez-vous de mes fonctions ?


L'inspecteur principal de l'affaire qui vous a valu 12 ans de prison,


vient juste de se faire tuer.


J'étais assis ici, avec vous, quand c'est arrivé.


Ça ne veut pas dire que vous n'êtes pas impliqué.


Pensez-vous que je sois impliqué ?


Si c'était votre affaire, vous suspecteriez-vous ?


Si c'était mon affaire ?


Je serais le premier de mes suspects.


Me relevez-vous de mes fonctions ?


Non.


Mais attendez-vous à une visite des Affaires Internes.


Je m'y attends toujours.


Inspecteur ?


Je vais m'occuper de ce cas personnellement.


Tu as toujours ton arme et ton badge.


Mais si t'avais envie d'avoir un nouveau coéquipier,


c'est sûrement le bon moment.


On a les empreintes du demi-cadavre.


Il s'appellait Rudolph Farthingale.


Farthingale ?


Edward Farthing, Joseph Gale.


Farthingale.


Ça vient des bases de données du gouvernement.


- Il travaillait pour le gouvernement ? - Ouais.


Mais pas vraiment en tant qu'espion.


Rudolph Farthingale travaillait pour les impôts ?


Ouaip.


On vient de trouver une nouvelle source de suspects potentiels...


Qui ne rêve pas de tuer le contrôleur, hein ?


Depuis quand Mr Farthingale travaillait-il ici ?


Depuis 12 ans.


Parlait-il de sa vie personnelle ?


Non, il la gardait pour lui. Mais...


j'ai toujours cru qu'il avait une vie familliale très banale...


Il était tellement...


- Ordinaire ? - Oui


C'était l'homme le plus ordinaire que j'aie jamais connu.


Et timide.


Il avait du mal à regarder une femme dans les yeux.


Est-ce qu'il avait une femme ?


Non, il n'avait pas une femme.


C'est le seul box qu'il n'ait jamais occupé ?


Oui.


Il a été nettoyé récemment ?


Non, non.


Mr. Farthingale le gardait toujours ainsi.


Il était très précis.


Pas de photos ?


Rien de personnel.


Qu'est-ce qu'il faisait ici ?


Mr. Farthingale travaillait sur la fraude fiscale.


Il poursuivait les gens qui ne payaient pas leurs impôts ?


Les poursuivre ? Non. On a des agents de terrain pour ça.


Mr. Farthingale scannait et comparait les rapports,


identifiait les citoyens fraudeurs,


et il les signalait aux agents de terrain.


Il ne quittait jamais son box ?


Ça avait l'air de lui aller.


Nous auront besoin d'une liste de tous ceux qu'il a signalé comme fraudeurs.


Et pourquoi la voudriez-vous ?


L'un d'entre eux a pu tuer Mr Farthingale.


Les contrôleurs ne sont pas particulièrement appréciés.


C'est impossible.


Impossible que l'un d'entre eux le tue ?


Impossible que l'un d'entre eux ne sache qui il est.


Mr. Farthingale avait un numéro d'identification.


Ce n'était pas son nom dans les rapports mais son numéro.


Juste un numéro.


Inspecteur Crews.


- Affaires Internes ? - Non, non. Pas vraiment.


John Garrity.


Je suis votre représentant syndical.


Je suis juste venu parler à votre lieutenant,


mais je voulais me présenter.


- Enchanté, John. - Oui, moi aussi.


Je serai avec vous quand vous rencontrerez les Affaires Internes.


Ouais, OK.


Vous pouvez aussi amener votre avocat,


- Mon avocat n'est pas en ville. - On peut vous en trouver un autre.


Non, je pense que ça ira.


Ecoutez.


Officieusement,


Si un mec me coffrait pour 12 ans,


je le dégommerais aussi.


Mais je préfèrerais le faire moi-même.


Salut, c'est Constance. Veuillez laisser un message.


Salut, Connie. Je sais que tu es à New York.


Mais tu te rappelles l'homme que tu voulais que je laisse tranquille ?


Il vient de mourir.


Alors rappelle-moi, OK ?


Tu veux savoir si je suis impliqué dans la mort de Ames ou pas ?


Non.


Mon représentant syndical a dit


qu'il comprendrait si je l'avais fait.


Il a vraiment dit ça ?


Officieusement.


Alors ça doit pas compter.


Je préfèrerais ne pas retourner en prison.


Ça, je peux comprendre.


Rudolph Farthingale.


Né à Shaker Heights, dans l'Ohio, en 1973,


Mention "Bien" au Bac, mention "Bien" à l'université,


Il a eu 83 % à l'examen de l'armée.


- Pas de casier judiciaire. - Pas d'excès de vitesse.


Pas d'amende de stationnement.


Il travaillait au département Fraudes Fiscales des impôts depuis 1995.


Ouais, c'était un homme sans histoires.


À l'exception du fait qu'il avait deux épouses,


et qu'il a fini éparpillé par l'explosion d'un four de cuisine.


Vous pensez qu'il a souffert ?


Je ne pense pas.


Et ici c'était une planque ?


C'est comme ça que l'on dit ?


Bonjour.


Elena.


Voici Marissa Gale.


Marissa, voici Elena Farthing.


Puis-je savoir pourquoi nous sommes là ?


Oui, qu'est-ce qu'il se passe ?


Et bien...


L'époux de Marissa s'est fait tuer hier.


Tuer ici.


Je suis sincèrement désolée.


Mon époux...


Il s'est aussi fait tuer hier.


Est-ce pour cela que nous sommes ici ?


Est-ce qu'ils travaillaient ensemble pour le...


Alors c'est ici que mon époux travaillait ?


Votre époux travaillait ici aussi ?


Mesdames,


vos deux maris sont...


morts ici.


Hier, au même moment.


Mais...


Mais quoi, Inspecteur ?


Il n'y avait qu'une seule personne ici.


Comment ne pouvait-il y avoir qu'une seule personne ?


Est-ce que votre mari quittait parfois la ville, soudainement,


pendant une à deux semaines ?


Est-ce que votre mari recevait d'étranges appels


au milieu de la nuit ?


et il oubliait parfois où il était ?


Et parfois qui il était ?


- Vous voulez dire... - Que nous étions toutes deux mariées...


Au...


Au même homme.


Oui.


Mais ce n'était pas un espion.


C'était un escroc.


Mais je le croyais.


Je... je l'attendais.


Parce qu'il travaillait sur un gros dossier.


Ouais, il vous a dit ça à vous aussi ?


Qu'il était après quelqu'un ?


Qu'il ne cherchait pas quelqu'un qui ne respectait pas la loi.


Non, ce n'est pas ce qu'il disait.


Il disait rechercher quelqu'un qui ne respecte que trop la loi.


Joseph disait


qu'il ne recherchait pas celui qui ne respectait pas la loi,


Edward disait qu'il recherchait celui qui ne respectait que trop la loi.


Mesdames...


Son vrai nom était Rudolph Farthingale.


Il travaillait au service des impôts.


Je...


Je...


Je n'arrive pas à réagir là.


Moi si.


Je vais rentrer à la maison et détruire tout ce qui lui appartenait.


Il ne cherchait pas la personne qui ne respectait pas la loi.


Il cherchait la personne qui ne respectait que trop la loi.


Cette façon de parler ne te rappelle personne ?


Rudolph Farthingale


voulait tellement être un espion.


Tu ne crois pas ?


Il est tombé par hasard sur quelque chose, quelqu'un,


- qui l'a tué ? - Ou...


Il faisait partie de ces gens


qui voit des conspirations partout.


C'est ce qu'on craignait.


Quand on vous mise avec Crews,


je vous ai demandé de m'aider à le faire raccrocher.


Pour son bien, et pour celui du département.


Oui, je m'en souviens.


Il a bien fait son boulot de policier, Dani.


Je ne peux pas le nier. Mais nous y voilà.


Nous avions peur que Crews revienne pour être quitte.


Maintenant Ames est mort.


Il ne retournera pas en prison.


Il est capable de tout à présent.


Il n'a plus rien à perdre.


Connie.


Tu devrais vraiment fermer ta porte.


Il y a des portes que je ferme, et d'autres non.


Donc tu as eu mon message ? À propos de Ames ?


Je le savais déjà. Le bureau des affaires internes me l'a dit.


Ils te l'ont dit parce que tu es mon avocate ?


Je ne suis plus ton avocate, Charlie.


Je sais. Je sais ce qu'on a dit, mais...


les affaires internes m'ont dit de prendre un avocat.


En qui d'autre je peux avoir confiance, Connie ?


Les affaires internes me l'ont dit la semaine dernière.


Mais Ames est mort hier.


Ils m'ont appelé pour un boulot.


Toi ?


Travailler aux affaires internes ?


J'ai accepté.


Ça fait longtemps qu'ils te voulaient. Pourquoi maintenant ?


Parce que. C'est ce truc avec Cudahy.


Parce que la plupart de mes clients ne sont pas comme toi.


La plupart de mes clients, les riches que la boîte m'assigne, sont coupables.


Que dit ton mari


de ton retour anticipé de New-York ?


Mon mari va rester là-bas un moment.


Il en a besoin.


On en a besoin tous les deux.


Pourquoi es-tu là, Connie ?


Parce que je commence demain aux affaires internes.


Et la prochaine fois que je te verrai, ce sera professionnel, donc...


j'ai besoin que tu m'écoutes, Charlie.


D'accord ?


Les affaires internes t'ont vraiment dans le collimateur pour la mort d'Ames.


Et tu devrais... Fais attention à toi.


Et tu devrais vraiment fermer ta porte.


Elle voulait dire quoi par :


" fais attention à toi ? "


Une semaine avant la mort d'Ames,


les affaires internes me prennent mon avocate.


Enquête initiale des affaires internes


concernant Charlie Crews, inspecteur, police de Los Angeles.


Inspecteur Crews,


quels étaient vos sentiments à l'égard de Carl Ames ?


Mes sentiments à l'égard d'Ames étaient les mêmes qu'à l'égard de n'importe qui.


Et qui étaient ?


Qu'aucun d'entre nous n'est seul.


Que même quand nous expirons, notre air est inhalé par les autres.


C'est une plaisanterie ?


Le rire est le meilleur remède.


Reader's digest.


J'étais abonné à Pelican Bay.


Inspecteur Crews,


on vous a vu vous disputer dans un bar avec Ames.


Est-ce que cela a un lien avec mort ?


La lumière qui brille au-dessus de moi brille aussi au-dessus de mon voisin.


Ça veut dire quoi ?


Dans ce contexte, tout a un lien avec tout le reste.


Qui emmerdait-il pour se faire tuer comme ça ?


Farthingale.


Quelqu'un a piegé sa cuisinière


Quelqu'un voulait vraiment qu'il meure.


Quelqu'un qui se balade dehors.


Ta tête est toujours dans l'enquête Farthingale ?


- Oui. - D'accord.


Donc...


À quoi pense ta tête ?


Ma tête pense qu'on doit en savoir plus


sur ce que la tête de Farthingale pensait.


Mais comment faire ?


Personne ne le connaissait. Il y avait juste Farthing et Gale.


Farthingale s'était séparé en deux.


Remettons-les ensemble.


On sait que ses femmes ne l'ont pas tué.


Peut-être pourraient-elles nous dire qui l'a fait.


OK, donc... on cherche quoi ?


Les points de connexion.


À quoi ils ressemblent ?


Gale était ici,


Farthing était là-bas. Mais Farthingale était aussi aux deux endroits.


Nous devons trouver Farthingale.


Donc nous ne cherchons pas en quoi ils étaient différents.


On cherche en quoi ils étaient similaires.


On trouve ça, on trouve Farthingale.


Quel genre de musique écoutait Joseph ?


Le jazz moderne.


Quel genre de musique aimait Edward ?


Le rock classique.


Il regardait quoi à la télé ?


Quasiment que du sport.


Oh, Joseph ne regardait jamais la télé.


Brouillés.


Pochés.


Plate.


Gazeuse.


Au-dessus.


En-dessous.


- Boxers. - Slips.


Du côté droit du lit.


Du côté gauche du lit.


Mais il avait le sommeil léger.


Mais il avait le sommeil léger.


Et que faisait-il quand il n'arrivait pas à dormir ?


Il s'asseyait sur cette chaise.


Il s'asseyait là, le regard fixe.


Presqu'en méditation.


Sur quelle chaise s'asseyait-il ?


Celle-là.


Il s'asseyait juste là, le regard fixe. Il s'enfermait totalement dans sa bulle.


Tu vois quoi ?


Un insert.


Et quoi d'autre ?


Une photo de Farthingale et d'Elena.


Un bateau modèle réduit.


Un leurre à canard.


Une canne à pêche.


5 casquettes de base-ball.


Combien ? Combien de casquettes ?


5. Pourquoi ?


Tu vois quoi ?


5 bouteilles de vin.


Rien ?


On a deux passe-temps nationaux.


Le base-ball et la boisson.


C'est ce qu'il aimait faire quand il n'arrivait pas à dormir.


Quand vous ne dormez pas, vous pensez à quoi ?


Je n'ai pas de problèmes pour dormir.


Le travail.


Quand je ne peux pas dormir, je pense au travail.


Il travaillait pour le fisc.


Farthingale travaillait pour le fisc.


Farthing and Gale étaient des espions.


Et ils s'asseyaient ici pour méditer sur ces objets.


D'accord.


5 casquettes de base-ball d'équipes de ligue mineure.


Et 5 bouteilles de vin.


C'est ridicule.


C'est ce qu'il faisait.


Vous voyez quelque chose, c'est ça ?


Non, c'est ridicule.


De quelles années sont ces bouteilles ?


93, 97.


99, 2002 et 2004.


C'est vraiment bizarre.


1993...


La poste de Bakersfield.


1997... Le commissariat de Lancaster.


Oui, oui, oui. 1999...


Modesto...


- Le tribunal. - Le tribunal.


2002, le hall des archives de Stockton.


2004...


L'hôtel de ville de Visalia.


Ce sont les années où ces lieux ont été piégés à la bombe.


Attentats à la bombe d'Etat-libre.


- Attentats à la bombe d'Etat-libre ? - Tu n'étais pas là.


Etat-libre. C'est un...


C'est une actionniste anarchiste.


Il se fait appeler Etat-libre.


Pose une bombe tous les 2/3 ans. Et il retourne se cacher.


- On l'a jamais attrapé. - Jusqu'à maintenant.


Vous pensez que cet employé du fisc,


Rudolph Farthingale, a réussi là où des centaines d'agents fédéraux ont échoué ?


Etat-libre était un poseur de bombes.


Quelqu'un a fait exploser la cuisinière de Farthingale.


Donnez-moi les années, s'il vous plaît.


1993, 97.


99,


2002 et 2004.


Rien. Aucune entrée chez M. Farthingale


pour des dossiers de fraude fiscale avec ces dates pour mot-clé.


Les épouses ont dit quoi ?


Il ne cherchait pas quelqu'un qui ne respectait pas la loi


Il cherchait celui qui ne respectait que trop la loi.


Il ne cherchait pas celui qui ne respectait pas la loi.


Il va... continuer à dire ça ?


Farthingale suivait-il quelqu'un qui payait ses impôts ?


Je ne vois pas pourquoi


il aurait suivi quelqu'un qui payait ses impôts.


Pourriez-vous quand même vérifier pour moi ?


Il ne respectait que trop la loi.


Il ne payait que trop ses impôts.


Etat libre vit caché, mais il revient tous les 2/3 ans.


Payer ses impôts quand il doit gagner de l'argent,


louer des voitures, acheter des vivres.


Rien.


Mais si on veut justifier un crédit,


une certaine année, on doit être à jour de ses impôts


l'année précédente.


Donc on devrait regarder une année avant chaque attaque.


92, 96, 98,


01, 03.


Leonard Slatz.


M. Slatz n'est pas un fraudeur.


Vous voyez, pas au sens propre du terme.


Il ne paie pas ses impôts durant plusieurs années puis il rattrape.


Et puis il ne paie plus encore.


C'est pour ça qu'il n'était pas dans le listing des fraudeurs de M. Farthingale.


Il ne payait que trop.


Comment Farthingale s'est retrouvé pris dans un truc comme ça ?


Oh, il faut regarder s'il y a une anomalie dans les statistiques,


ou quelque chose qui ne correspond pas


dans la base de données tes impôts, mais la patience pour faire ça,


Ça représente des centaines d'heures.


Slatz a payé ses impôts l'an dernier ?


Oui, il l'a fait.


Il prépare une autre attaque.


Vous avez une adresse enregistrée pour M. Leonard Slatz ?


Oui, mais c'est une boîte postale.


OK.


La boîte postale a été vidée il y a 2 jours.


Un gars patibulaire a débarqué dans un camping-car,


a fermé le compte, sans laisser d'adresse.


Farthingale était près du but.


- Allô. - Charlie.


Salut, alors ce 1er jour aux affaires internes ?


Rentre chez toi.


- Quoi ? - Rentre chez toi, Charlie.


Rentre chez toi maintenant.


Salut !


On dirait une fête, sauf que


c'est ma maison, et je me souviens pas avoir envoyé d'invitations.


Inspecteur Crews, comme vous êtes un prévenu


dans l'affaire du meurtre de Carl Ames,


le bureau du procureur a délivré un mandat de perquisition


concernant ces lieux, aussi bien que ses occupants.


Tu n'aimerais pas savoir parler comme ça ?


Ils ont l'air vraiment sérieux, Charlie.


Nous sommes sérieux, Inspecteur.


Donc finissons-en avec ça.


C'est fermé.


Ah bon ?


Vous avez une clé ?


- J'avais une clé. - Vous savez où elle est ?


Vous savez ce qu'il s'est passé ?


J'ai laissé la clé à l'intérieur.


Et j'ai fermé la porte avec la clé dedans.


Pour ouvrir la porte, j'ai besoin de la clé,


mais je ne peux pas avoir la clé, si je n'ouvre pas la porte.


Un vrai casse-tête.


Défoncez-la.


Amenez le bélier.


Allons-y.


Tu as tout enlevé.


Je cherchais des films porno.


Ton avocate a appelé.


Elle a dit que les flics arrivaient pour faire un perquisition.


Que s'il y avait quelque chose que tu ne voulais pas qu'ils trouvent...


Comment as-tu ouvert la porte ?


Charlie, tu n'es pas le seul à avoir été en prison.


J'y ai appris des choses aussi.


Comment savais-tu ce qu'il y avait dedans ?


Je ne savais pas trop.


Mais une autre chose que j'ai appris en prison, Charlie :


On a tous quelque chose à cacher.


Crews ?


Tu vas bien ?


Les fédéraux vont essayer de trouver où Etat libre va frapper.


Mais Edward Farthing et Joseph Gale le savaient déjà.


Ils l'ont suivi. Ils étaient tout près du but.


- Et c'est ce qui les a tués. - Non. Non.


Crews, c'est ce qui l'a tué.


Il n'y avait pas de Farthing. Il n'y avait pas de Gale.


Il n'y avait qu'un homme. Farthingale.


Une personne qui se sépare en 2.


Les 2 voulaient la même chose.


Les 2 voulaient être un héros.


Les 2 voulaient trouver Slatz.


Et les 2...


Les 2 étaient agent du fisc.


Les 2, Farthing et Gale,


gardaient tout leurs reçus.


Donc on doit trouver un endroit où farthing et Gale sont allées.


" Vous êtes ce que vous avez reçu."


Farthing et Gale


ont beaucoup mangé à cet endroit.


On veut trouver Slatz, suivons Farthing et Gale.


Le fast-food de Dandy ?


Je n'imagine pas Farthing l'intello


ou le M. Santé Gale manger au fast-food de Dandy


- pour la nourriture. - Alors allons voir pourquoi ils...


pourquoi il y allait.


Bon, on a une chose que Farthingale n'avait pas


quand il courait après Slatz.


Oui, et c'était quoi ?


Le meurtre de Farthingale.


Qu'a dit le gars de la poste restante ?


Un gars a fermé le compte hier.


Et il conduisait quoi ?


Un camping-car.


Police ?


Inspecteurs Reese et Crews.


- Nous cherchons... - Leonard Slatz.


- C'est ça. - Je m'en doutais.


Oui ? Pourquoi ça ?


Parce que ce fou déraillait à longueur de temps,


sur le gouvernement-ci, le gouvernement-là.


Je savais qu'on allait pas tarder à venir le chercher.


- Il est là ? - Non.


Il est parti il y a 2 jours.


Il m'a laissé avec un emplacement vide, un mois d'impayés et des frais.


Il a laissé quelques boîtes. Vous voulez que je vous les attrape ?


Non, je pense qu'on ferait mieux de les attraper nous-même.


Comme vous voulez. Allons derrière.


C'est juste là.


Reese, ne bouge plus !


Je pense que je vais reculer là.


Oui, je pense que ce serait une bonne idée.


À terre !


À terre !


Sinon je tire.


Il veut tirer.


Leonard Slatz, Vous êtes en état d'arrestation.


Pour opposition à un gouvernement injuste ?


Pour revendiquer mon droit naturel à la liberté ?


Non, je vous arrête pour le meurtre de Rudolph Farthingale.


Il était des nôtres, Leonard.


On aime pas quand on tue un des nôtres.


Tu vois, je pige que Farthingale était mi-physique, mi-intello.


Et Farthing et Gale, l'agent de terrain et l'analyste. Mais...


Pourquoi 2 femmes ?


Peut-être qu'aucun des 2 ne voulait être seul.


Tu ne vas pas aux obsèques d'Ames ?


C'est pas une bonne idée.


C'est vrai.


Comment allez-vous ?


Prête ?


Oui.


Crews, je te présente mon père.


Jack Reese.


Charlie Crews.


- Bien sûr. Je sais qui vous êtes. Bien sûr.


Allons-y, Dani.


Je ne veux pas être en retard pour les obsèques de Carl.


D'accord.


Aucun de nous n'est seul.


Même quand nous expirons,


d'autres inspirent.


La lumière qui brille sur moi,


Brille aussi sur mon prochain.


Ainsi,


chaque chose est liée aux autres choses.


Ainsi,


Je suis lié à mon ami


comme je suis lié à mon ennemi.


Ainsi, il n'y a pas de différence


entre moi et mon ami.


Ainsi, il n'y a pas de différence entre moi


et mon ennemi.


Aucun de nous n'est seul.

Menu