Powerless / Dangereuse dépendance - épisode 6 saison 1

Précédemment dans Life.


Un flic en prison...


Il a eu presque tous les os du corps cassés.


Charlie m'a sauvé la vie en prison. Donc maintenant je gère son argent.


Vous avez plongé pour crime en col blanc ?


Délit d'initié, oui.


Vous suivez le programme, Dani?


Oui. Je suis le programme.


Tu veux savoir comment je m'appelle ?


Si j'avais voulu le savoir, je te l'aurais demandé.


Inspecteur. J'ai une chose qui peut vous intéresser. La fusillade de la banque.


C'était il y a 15 ans.


Vous devriez demander à votre équipier.


Où est passé tout cet argent ?


" Sans défense "


Ok, écoutez-moi. C'est le scénario de "l'officier à terre".


Grâce au fameux décret de consentement,


des clochards vont nous braquer, car ils pensent qu'on ne sait pas riposter.


Personne ne le veut...


Inspecteur.


Tu nous regardes faire nos devoirs ?


J'ai sauté un niveau. Je dois me requalifier.


Tu vas pas patrouiller avec nous, hein ?


Je pense que si, ça te gêne ?


Oh, pas de problème. Par contre, je ne veux pas être à l'arrière.


Tu seras à l'arrière, Juarez.


Allez Bobby, tu sais ce que les suspects laissent derrière, tous ces trucs.


Tu vas derrière, Juarez.


Très bien, tout le monde en selle.


Tous les gens cools se dirigent vers l'est de Wilshire.


Je m'arrête là.


Moi aussi.


Un bonbon à la menthe ?


Les grands esprits se rencontrent.


Je m'appelle Rick, et je suis alcoolique.


Dani.


Enchanté de vous rencontrer, Dani.


Enchantée de vous rencontrer, Rick.


Allez c'est quoi l'affaire ? Allez-y !


C'est le scénario "de l'officier à terre", Juarez.


Ils doivent tirer sur quelqu'un d'abord.


Tu t'en souviens ?


Ouais, je m'en souviens.


Vous voulez peut-être vous prendre une chambre ?


Tu sais de quoi je me souviens le plus ?


Ça sent la pisse derrière. Et autre chose aussi.


L'ennui ?


Les burritos ?


Les histoires, mon gars. Tes histoires.


Hé Juarez, Bobby t'a déjà parlé de la dinde domestique?


Elle s'est noyée sous la pluie.


Cette dinde était... l'oiseau le plus bête au monde.


Bande de glousseurs.


Cet oiseau était B-Ê-T-E, stupide.


Et il t'a déjà parlé du braquage de la banque de Los Angeles ?


Ouais, seulement une centaine de fois. Tellement de flics dans la rue.


On ne voyait que du bleu. Il a utilisé son arme tant de fois.


Les canons en devenaient rouges de chaleur.


C'était comme une tornade de balles.


Et il y était.


Au beau milieu de tout ça.


Les rues étaient pleines de sang et de douilles de balles.


38 minutes, dans une zone de tirs, sans arrêt.


Cinq morts. 18 millions en liquide ont disparu.


Et tu étais juste là quand ça s'est passé.


Ouais, j'étais là quand ça c'est passé.


- Life - Saison 01 Episode 06 - -Transcript : YDY.com -


Trad : Lafeelicita - Pouhiou - ZTB Relecture : Lafeelicita - Pouhiou


Resynchro : Un Généralissime Consul ~ SeriesSub.com ~


Tout se passait bien.


Jusqu'à la fin de cette fichue journée.


Oh mon dieu, elle veut que je présente son rapport de dépenses.


Bien sûr, un appel de la baby-sitter qui doit rentrer tôt. Mais où est mon mari ?


Il a oublié de recharger son portable.


Vous savez comment c'est, hein ?


Je n'étais pas sûre de pouvoir le faire.


J'ai réussi à me dire que ce n'était qu'une question de contexte...


...mais on peut s'en sortir.


Je suis sobre depuis 7 mois, aujourd'hui.


Ils sont gratuits.


Les beignets.


Je vous ai déjà vue ici. Vous êtes toujours si pressée.


Je m'appelle Lou.


Pourquoi vous ne restez pas ?


Oui... Merci. Je dois aller travailler.


Je m'appelle Rick.


Et je suis sans défense.


J'en suis bientôt à 1 an de sobriété.


Et je viens vous demander humblement de m'aider.


Ce n'est pas la première fois que j'arrête pendant 12 mois.


Je ne suis pas quelqu'un de bien quand je bois.


J'ai blessé des gens.


Des femmes.


Mais il y a environ 1 an ce mois-ci, il y a eu... cette fille.


Si j'avais été sobre...


C'est devenu... intense.


Elle pouvait me causer des problèmes.


Beaucoup.


Elle s'est rétractée quand elle...


Je pense qu'elle a compris qu'elle n'aurait pas dû me pousser.


Je vous dis ça, parce que vous tous ici, vous êtes ma force.


Je dois saluer une amie.


Salut. Vous êtes restée. C'est bien.


Vous voulez reprendre là où on s'est arrêté ?


Se connaître l'un de l'autre ?


Vous avez raconté une sacrée histoire.


Et vous n'avez pas dit un mot.


Pourquoi demander à ces gens de vous aider à rester sobre ?


Oh, bon sang.


Ecoutez, j'ai glissé.


Et j'ai besoin de le dire.


C'est si horrible ?


Ce truc de blesser des femmes.


C'est fini.


Que s'est-il passé exactement ?


Avez-vous déjà...


ressenti tant de honte pour une chose, que vous ne pouvez même plus respirer ?


Dani, je sais que vous comprenez.


Donnez-moi une chance.


Peut-être une autre fois.


Je peux vous appeller ?


Dites-moi votre nom de famille au moins.


Je suis une amie de Bill.


Salut, c'était bien ta réunion ?


Exigée par mon employeur.


Chaque moment que tu passes à souhaiter être ailleurs, tu ne le récupères pas.


Et pour chaque moment où je souhaite que tu sois ailleurs ?


Ça me toucherait si je pensais que tu le penses vraiment.


De plus, ces réunions font un bien fou.


J'ai vu des gars devenus sobres, avoir conscience d'eux-même comme ce fruit.


Bien qu'il ne soit pas clair encore combien un fruit peut être conscient.


Tu savais que les plantes pouvaient reconnaître leurs parents ?


Tout va bien ?


J'ai entendu quelque chose.


J'ai entendu un gars admettre un viol.


Il a demandé qu'on l'aide à rester sobre mais il buvait juste avant la réunion.


Tu l'as vu boire ?


Ce qui veut dire que tu étais dans un endroit où on boit. Comme un bar ?


Concentre-toi sur les mots que je dis, d'accord ?


Ce gars se lève et dit qu'il a blessé une femme,


la dernière fois qu'il s'est soûlé.


C'était il y a un an.


Et il boit encore.


"Blessé" peut avoir plein de sens.


Mais ça veut dire ce que ça veut dire.


Il a reproché à la victime de l'avoir poussé à faire ça.


Il a dit qu'il pouvait avoir beaucoup de problèmes pour ça.


Et il s'est arrêté de parler quand il allait dire ce qui s'est vraiment passé.


Et il a un casier.


Je l'ai imprimé.


Richard Larson. Délit sexuel en 2002.


Je parie que c'était une négociation de peine.


Tu peux pas passer de délit à crime, car tu n'aimes pas ce que tu as entendu.


Rien à voir avec ce que j'aimerais.


C'est comme une preuve indirecte.


C'est ce que tu penses ?


Je souhaite la bienvenue à la presse pour cette 5ème Journée Portes Ouvertes.


C'est un honneur de vous recevoir.


Nous avons fait de gros progrès.


Compstat, programme statistique, montre une baisse de 15% du crime cette année.


- Si vous regardez là... - Ouais, ouais, très bien.


Super. Je connais ce numéro.


Pourquoi vous n'êtes pas dehors ?


Les chiffres n'arrêtent pas les crimes.


Quel journal représentez-vous ?


Le journal du peuple. Je suis la méticuleuse.


Et c'est le journal du soir du net de la méticuleuse. Ça tourne.


La police de L.A. essaie encore de nous tromper : semi-vérités, mensonges.


Des mensonges, Madame ? Peut-on en parler après la réunion ?


Filme-la, Bud.


Action.


On en parlera plus tard.


Elle ne plaisante pas.


Coupez.


Non, pas "Coupez". Action.


Action.


Quelqu'un essaie de me faire quitter ma maison.


Quelqu'un dépose ses merdes sur ma pelouse.


Plusieurs fois par semaine, sur les 3 derniers mois.


Il m'en veut.


Je contacterai le service des animaux.


Ce n'est pas un chien.


Comment le savez-vous ?


Les chiens ne mangent pas de maïs !


Nous avons un service spécialement chargé de ce genre de problèmes.


Personne ne croit aux résultats sans les voir par soi-même, Madame.


Vous devez les voir. Le Lieutenant Davis et moi-même nous chargerons de ce cas.


- Crews, pas un mot de plus. - On vous le promet.


On s'engage à attraper votre chieur.


Et on le fera avant la fin de la semaine.


Trouve-moi le rapport, et je le rajouterai dans les crimes sexuels.


Je ne sais pas s'il existe.


Je cherche la victime, là.


Ce sont elles qui nous cherchent, d'habitude.


Si tu avais vu un crime qui allait se produire, que ferais-tu ?


Tu as dit que ça s'était déjà passé.


Bien, ça va peut-être se reproduire.


Ce gars s'est levé aux Alcooliques Anonymes et a demandé qu'on l'arrête.


Je vais l'arrêter.


Toi, aux alcooliques anonymes ? Tu ne buvais pas, tu te droguais.


J'ai fait un tas de choses.


Euh.. rien dans les main-courantes de l'automne dernier.


Et dans les appels au central ?


Automne 2006, en novembre.


Il y a eu 5... non 10 000 appels au 911.


Ouais, OK. Voilà. Fais-toi plaisir.


Dis, Dani euh... On pourrait pas dîner ensemble, un truc comme ça ?


Ça ne s'est pas bien fini entre nous.


Mais c'est fini.


S'il vous plaît, que quelqu'un vienne me chercher. Mon adresse s'affiche ?


Etes-vous blessée ?


Il m'a enfermée chez moi, m'a violée, il a fait des trucs, m'a fait des trucs.


Nous arrivons.


Connaissez-vous votre assaillant ?


Rick Larson. Il s'appelle Rick Larson.


Où est le rapport d'arrestation ?


Il n'y en a pas. Elle a retiré sa plainte.


Tu l'as vu boire ?


Et tu penses qu'il va encore s'en prendre à elle ?


Oui. Elle ou quelqu'un d'autre.


Je ne peux pas trouver Nancy, mais je peux trouver Larson.


Liquide ou carte bleue ?


Euh... carte bleue.


La carte et une pièce d'identité, s'il vous plaît.


Vous savez quoi, je vais euh... je vais payer en liquide.


Etes-vous membre de notre Club du Livre?


Non.


Voulez-vous devenir membre ? 10% de réduction aujourd'hui, 5% ensuite.


Seulement ce livre, s'il vous plaît.


Puis-je vous recommander des livres que vous aimerez si vous aimez celui-ci ?


Seulement ce livre, s'il vous plaît.


Avant tout, je voudrais remercier Loïs pour ses gâteaux au citron.


Oh, et la semaine prochaine il faudra se garer de l'autre coté de la rue.


OK, c'est tout.


Quelqu'un veut-il partager ?


Salut.


Je m'appelle Charlie, et je suis sans défense.


La haine est une prison.


La colère en est le gardien.


Et la rage, la rage est ce maton qui te détruit morceau par morceau.


Vous savez tous ce que c'est.


On tombe, on touche le fond.


Le fond se brise. Et on tombe plus bas encore.


On se perd.


Et maintenant je me dis qu'ainsi vont les choses.


Et je... je fais de mon mieux.


J'espère.


Merci.


- C'était quoi, ça ? - La vérité.


Je sais d'où vous venez.


Que la haine est une prison. C'est bon de le dire à voix haute.


Ça n'aide pas toujours de le dire à voix haute, mais...


C'est bien vrai, mon frère.


J'avais peur que vous ne vouliez plus me parler.


Non, non, c'était de ma faute.


Je suis venue... faire amende honorable.


Et si on allait tous les trois prendre un café fraîchement moulu ?


En fait, Dani et moi avons quelques trucs à nous dire.


- À moins que je ne m'impose. - Non, non. Vous ne vous imposez pas.


Alors à la prochaine, Charlie. Au plaisir de vous écouter à nouveau.


Je vais chercher mon manteau.


Qu'est-ce que tu fais ?


S'il est tel que tu le dis, je ne crois pas que tu doives t'en charger seule.


Tu ne sais pas ce dont je me suis déjà chargée.


OK.


- Prêt ? - Ouais.


Cette histoire, hier, sur cette fille... Qu'est-ce qu'elle vous a fait ?


Certaines femmes...


- me rendent furieux, à tel point que... - Que ?


Mais ce n'est que quand je bois.


Vous buvez.


- Vous étiez à ce bar. - Vous aussi.


Boire, puis aller à la réunion. Vous savez ce que c'est ?


C'est un mensonge.


C'est vivre dans le mensonge.


Nous sommes tous deux des menteurs, n'est-ce pas, Dani ?


C'est le seule chose honnête que je puisse dire : je suis un menteur.


Qu'est-ce que vous pouvez dire d'honnête ?


J'étais une alcoolique mondaine.


J'ai sniffé, un peu. J'ai un peu foiré.


Mon mec m'a larguée.


J'ai perdu mon boulot.


C'est là que j'ai compris. Vous voyez ?


Qu'il était temps de décrocher.


C'est là toute l'histoire ?


Ouais, c'est là toute l'histoire.


Ça ne va pas ?


Je ne crois pas que ce soit toute l'histoire.


Je sais ce que vous faites.


Vous me cherchez.


Vous vous croyez différente.


Mais vous êtes comme les autres femmes.


Le seul moyen de mettre Larson à l'ombre c'est de faire témoigner Nancy.


Bien, allons lui parler.


Il faut d'abord la trouver. Nancy Wiscinski s'est évaporée.


Pas de personne disparue, de corps anonyme retrouvé à cette époque.


Et elle a déménagé après le viol, sans laisser d'adresse.


Elle a 22 ans.


Ils sont pas tous inscrits sur myspace ou yourspace, ou les copains d'avant ?


Comment tu connais tout ça ?


Tout le monde connaît ça.


Tu n'aimes pas te faire pleins de nouveaux amis ?


Tu n'as pas envie qu'ils puissent te trouver quand ils veulent ?


PennyH238: De qui il parle ? LUCKBOB231: Sais pas.


HAPPYGIRL923: salut !


MANGOMAN: TA vu Nancy W?


HAPPYGIRL923: T mignon ?


MANGOMAN: TA vu Nancy Wiscinski?


Pd'I, ms AMV, PB2R, C1V


Oh, non, qu'est-ce que tu dis ?


Qu'est-ce que tu dis ? Allez...


"Pardon d'Intervenir, mais A Mon Avis, Pas Besoin de Répondre, C'est un Vieux."


J'ai chatté avec des amies de Nancy.


Tu sais, il y a là tout un langage qu'on ne connaît même pas.


Donc t'as rien ?


Elles m'ont rien dit.


Mais j'ai découvert que le compte perso de Nancy a été annulé.


Hmm, génial.


Dommage que l'humain ne soit pas équipé d'un G.P.S.


Les ordinateurs le sont.


Comment ça marche ?


J'ai un ami de la criminelle internet qui traquera l'url.


Si Nancy n'a pas jeté son ordinateur, ça nous mènera à l'adresse de facturation.


J'utilise le nom de jeune fille de ma mère, maintenant.


Car vous avez peur que Larson vous trouve ?


Non. Je n'y pense pas.


C'est juste un truc pour aller de l'avant.


C'est gentil à vous d'être venus, mais je préfère laisser tout ça au passé.


Nous sommes ici car cela ne va pas rester du passé.


Nous croyons que votre assaillant va bientôt attaquer quelqu'un d'autre.


Je ne peux pas l'empêcher.


Je vous demande juste de faire une déposition, Nancy.


Je ne veux pas. Ma vie est bien.


Mon travail m'occupe. Ma vie est bien, maintenant.


Un bon travail ?


Qu'est-ce que vous faites ?


Nancy s'occupe de mes livres.


Ah, donc vous travaillez à domicile. Ça doit être bien.


Vous gérez vos horaires ?


J'aime bien ça.


- Vraiment ? - Beaucoup.


Parce qu'il me semble et... ce n'est que ce que je ressens,


mais on dirait que Larson a commis un crime, et c'est vous qui êtes en prison.


J'ai bien raison ?


C'est à lui de purger la peine. S'il va là où est sa place, vous serez libre.


Vous ne comprenez pas.


C'est sa parole contre la mienne.


Il est là, dehors.


Et si il me retrouvait, comme vous ?


Qu'est-ce que je suis censée faire ?


Témoignez.


Ou attendez qu'il meure.


Cette attente peut être longue.


Je suis désolée.


On ne mange pas dans la voiture.


Quoi ? C'est une planque.


On ne mange pas dans la voiture.


Je ne l'autorise même pas à mon mari.


Vous êtes mariée ?


Pourquoi je ne le serais pas ? Qu'est-ce que vous croyez ?


Vous ne portez pas d'alliance.


On se raconte des histoires ?


Est-ce que je veux raconter des histoires ?


Ouais, c'est une planque. On ne peut pas grignoter.


Au moins échangeons des anecdotes.


Commencez.


Je vais commencer. OK.


OK, donc... les histoires de planque d'habitude... tournent autour des femmes.


Qui on se ferait, si on pouvait, vous voyez ? Ou les voitures ?


Ou bien le sport ?


Style : "Qu'est-ce que tu penses des Dodgers ?"


C'est ce dont vous et l'inspecteur Reese parlez ?


Non. On ne parle quasiment que de la chance qu'on a de vous avoir comme chef.


Quand j'étais un bleu, on ne parlait que de la fusillade de la banque de L.A.


On n'avait que ça à la bouche, à l'époque.


Cinq suspects morts. Pas un seul tir de police.


Et tout cet argent volé. 18 millions envolés.


Le sixième homme. Vous savez ?


Je ne sais pas. Je dois aimer les complots.


Les complots, inspecteur, sont des contes pour gens qui s'ennuient.


Allez, sans sixième homme, qui aurait pris tout l'argent ?


Il y a forcément quelqu'un qui est parti avec l'oseille.


Où voyez-vous un complot là-dedans ?


De quel côté était-il, le nôtre ou le leur ?


Je me répète, ce sont des contes pour gens qui s'ennuient.


Je n'ai jamais compris Halloween. Se déguiser, demander des bonbons...


Je crois que c'est censé être drôle.


Mais pourquoi demander des bonbons quand on peut aller s'en acheter ?


Je crois que c'est censé être drôle.


Lâchez-ça.


Lâchez votre arme.


Nancy.


Sale connard.


Il faut que tu crèves.


Lâchez votre arme.


Regarde-moi.


Tu te souviens de moi ? Tu vois ? Tu vois ce que tu m'as fait ?


Nancy, lâchez votre arme.


Lâchez votre arme.


Qu'est-ce que vous faites ?


Ce que ce fais ? Vous, qu'est-ce que vous faites ?


Qu'est-ce que vous croyiez faire ?


Je ne vivrai pas tant qu'il ne sera pas mort. C'est vous qui me l'avez dit.


Vous avez dit que tant qu'il ne sera pas mort, je resterai emprisonnée.


Ça ne voulait pas dire que vous deviez le tuer vous-même.


Ce n'est pas ce qu'il voulait dire. Dis-le lui, toi.


Ce n'est pas ce que je voulais dire.


Témoignez contre Larson.


Je perdrai.


Sa façon de parler, il sait des choses sur les gens.


Il a dit qu'il était comme moi.


Qu'avant, il buvait. Et il a deviné que j'ai beaucoup bu, moi aussi.


Il a juré de me tuer si je parlais... Qu'est-ce que je vais faire ?


Vous allez porter plainte.


Je ne peux pas !


Je suis morte, ce jour-là.


Vous n'êtes pas morte.


Vous avez survécu à ce qui s'est passé.


Vous l'avez dépassé et vous voilà.


Pensiez-vous pouvoir dépasser une telle chose ?


Il y a de la vraie violence, dans ce monde.


La plupart des gens ne la rencontrent pas.


Vous l'avez rencontrée.


Pensiez-vous que vous auriez la force de survivre à ce qu'il vous a fait ?


C'est votre secret, Nancy.


Larson ne le connaît pas.


Larson ne sait pas combien vous êtes forte.


La Prison ne sait pas comme il vous a rendu forte.


Vous avez dit "la prison".


Vous vouliez dire "Larson".


Il veut dire que Larson est votre prison.


Ça, je ne l'ai pas fait.


Ça, je ne l'ai pas fait non plus.


Ça, je l'ai peut-être fait.


Ca, il me semble que...


Je l'ai fait.


Oh, ça, je l'ai vraiment fait.


"Danger : Earley"


Oh, seigneur.


Son téléphone est coupé.


J'ai appelé à son travail,


Larson ne s'est pas montré aujourd'hui malgré une réunion importante.


J'ai demandé quand il reviendrait, mais eux aussi aimeraient bien le savoir, car


l'an dernier, quand Larson s'est pris une cuite, il a disparu pendant un mois.


Comment est-ce qu'on t'a déballé tout ça au téléphone ?


J'ai demandé. Puis j'ai attendu.


Les gens aiment remplir le silence.


Du coup, personne ne sait où il est.


Il y a une réunion du soir aux A.A. Je peux m'y renseigner.


Non. Tu voulais dire que nous pouvons nous y renseigner.


Non, Crews. C'est à moi de le faire, OK?


Si je le trouve, je t'appelle.


Je n'y crois pas.


Vous êtes venue pour nous espionner, Dani ? Comment avez-vous pu ?


Lou, je suis venue ici car j'en ai besoin. OK ?


Mais là, il faut que j'interroge Rick Larson sur une affaire de viol.


Vous vous trompez sur Rick.


Si je me trompe, il me détrompera dès que je l'aurai trouvé.


Où est-il ?


Il ne m'a pas appelé.


Dani, il s'en sort bien.


Il parraine même une nouvelle membre.


Je dois parler à cette personne.


Vous savez que ce ne serait pas bien de ma part de vous donner son nom.


Dani, je ne sais pas pourquoi vous êtes venue au départ.


Mais ce que vous faites, ce que vous allez faire, me semble très dangereux.


Je ne l'ai pas vu.


Il a dit qu'il viendrait ? Je sais que vous êtes amis.


On a parlé.


C'est génial de parler avec lui, non ?


J'étais perdue ici, et il l'a senti. Il savait, sans que je n'aie à parler.


On dirait que ça va au-delà des rencontres aux A.A.


C'est-à-dire ?


Je dois rentrer me changer. Mais je dirai à Rick que vous le cherchiez.


Vous avez rendez-vous avec lui ?


Manger un morceau à Melrose.


J'avais peur d'aller aux alentours d'un bar.


Mais avec lui, ça va aller.


Salut.


La fusillade à la banque de L.A. est une super discussion de planque.


Il y avait tellement de flics sur place, il y a beaucoup de versions différentes.


Il n'y a pas de versions différentes. Il y'en a une, l'officielle.


Ah bon ? La version de mon vieil équipier Bobby était tellement intense.


La rue devant la banque, une mer d'uniformes. Tout ce bruit.


Comment Stark peut savoir ça ?


Il y était. En plein dedans.


Stark vous a dit qu'il était en plein dedans ?


Oui. Pourquoi ?


Il faut toujours un gars comme ça.


Quel gars ?


Celui qui voulait tellement y être qu'il change l'histoire pour ça.


Il n'y avait aucun uniforme devant la banque ce jour-là.


Mais toutes ces séries de tirs ?


Plus d'un millier de balles tirées, mais tout était tactique.


Tactique ?


Le SWAT s'entraînait dans le quartier à côté.


Ils étaient en premier sur les lieux.


C'est pour ça qu'aucun civil n'a été tué. Et aucun policier n'a été blessé.


C'est étudié pour.


Mais Bobby a dit...


Je ne sais pas ce qu'il vous a dit, mais s'il était en uniforme,


et il devait l'être, c'était pour monter les barricades quatre blocs plus loin.


C'est qui ?


C'est pas son caméraman ?


Oh !


C'est toi !


Pourquoi tu me fais ça ?


Tu me donnes des ordres, comme un chien.


Tu traites tout le monde comme un chien.


Alors je te chie dessus.


Lieutenant, je dois y aller.


Payez-moi un verre. À moins que vous attendiez quelqu'un d'autre.


Aimez celle avec qui vous êtes.


Vous vous souvenez de cette chanson ?


Vous êtes content de me voir ?


Je suis très content.


Et vous vous sentez comment ?


Je me sens comme ça.


C'est quoi ?


C'est son badge.


Je vous arrête pour le viol de Nancy Wiscinski.


Quoi ?


C'est un truc de fou.


Arrêtez ça.


Tout le monde regarde.


Pourquoi pas ? C'est un beau spectacle.


Stacey, c'est une erreur.


Mon client admet connaître la plaignante.


Ils se voyaient il y a 1 an, avant l'incident qu'elle qualifie de viol.


Pourquoi pensez-vous qu'elle dise la vérité ?


Je suis sortie avec cette folle.


Je l'ai larguée. Elle a continué à m'appeler.


Je me suis soûlé car je me sentais coupable pour elle.


OK. On part d'ici.


Non, non, non, pas ça.


Je veux le dire.


Après qu'elle m'ait appelé, euh, une centaine de fois, j'y suis allé.


J'avais bu. On a fait l'amour.


Et je lui ai dit: " Tu as eu ce que tu voulais, casse-toi. " OK ?


Vous pouvez aller au pupitre et leur dire exactement ce que j'ai dit.


Vous avez dit plus que vous ne croyez.


Oh, qu'est-ce qui va pas chez vous ?


Quel genre de salope se pointe là où un gars essaie de s'en sortir,


et le piège pour qu'il replonge et qu'il soit envoyé en taule ?


Vous n'irez pas en prison. Vous allez rentrer chez vous.


Il n'admet rien de plus que des relations sexuelles consenties.


Et je ne pense pas que ce soit un crime.


C'est embêtant. Que faire ?


On va laisser un jury en décider.


Là, c'est un bon moment, non ?


C'est un très bon moment.


Merci à vous deux.


Comment ça va, Winston ?


Ted ?


Quelle surprise.


Non.


La surprise, c'est passer devant une librairie et y voir sa tête en vitrine.


Tu as lu le livre alors, hein ?


"Attention: Earley" ?


"Dans la peau d'un fumier en col-blanc"?


Celle-là... C'est l'idée de l'éditeur...


Tu étais mon collègue, Winston.


- Tout ce que j'ai fait, tu l'as fait. - Oui.


Mais tu t'es fait attraper.


Et cette petite batte, Ted ?


Oh, ça.


Tu te souviens de ce joueur de base-ball et de sa collection de matraques ?


Il nous les a données quand on l'a côté en bourse.


J'ai appris quelque chose en prison, Winston.


Et je te pardonne.


Action. La police de L.A. essaie de nous tromper: semi-vérités, mensonges...


Mensonges ? Euh...


Où est votre équipière ?


En repos pour la nuit. Pourquoi ?


Larson a payé sa caution.


- Quand ? - Il y a quelques heures.


On vient de me le dire.


Salut.


Je m'appelle Rick.


Et je suis sans défense.


Vous êtes soûl.


Oui, c'est vrai.


Mais demain, je serai sobre.


Et toi...


Et bien, je ne sais pas.


C'est quoi le programme ?


Je veux apprendre à te connaître.


Tu pensais que je voulais te violer ?


C'est ce que tu pensais ?


À toi de me le dire.


Oh, t'es tellement cool !


Et pleine de conneries.


Bois ça.


Toi, bois ça.


Tout.


Et un autre.


Allez, bois.


En cours d'appel... Charlie Crews.


Nancy Wiscinski est chez sa mère.


J'y envoie une unité, juste au cas où. Essayez d'avoir Reese sur son portable.


Elle vient de m'appeler.


Faites le renvoi.


Reese ?


Reese ?


Tu sais ce qui va pas chez toi ?


Une ordure est assis dans ma cuisine et pointe un flingue sur ma tête ?


Je sais que tu as tout un tas de conneries à raconter.


Restez en ligne. On y va.


Mais tu vas les dire à personne, hein ?


C'est tellement précieux et spécial.


C'est ce que tu penses, hein ?


Est-ce que c'est ce que tu penses ?


Assieds-toi.


C'est pas toi qui décides, Inspecteur.


Je décide.


Tu ne bois pas.


Ça suffit.


C'est moi qui dis quand ça suffit.


Quel homme avec ce flingue !


Allez, Rick. Touche le jackpot.


Tue un flic. C'est mieux que la boisson.


Mieux que de forcer ces filles à faire ce que tu veux.


Allez, fais-le.


On n'arrive pas à avoir le tireur en ligne de mire.


Ils continuent à parler par contre.


Hé, j'ai eu l'appel de demande de renforts.


Je me suis dit que tu aurais besoin de compagnie cette fois-ci.


Tu veux faire quoi, Rick ?


Tu veux me connaître ?


Oh, mais c'est le cas.


Je te connais.


Tu vis dans un monde de souffrances.


Tu ne connais pas la souffrance.


- Finis ça. - Tout ?


Ouais, c'est ça. Tout.


OK.


Donne-moi un instant.


Quoi ?


Juste...


Donne-moi un instant.


Je vais faire ce que tu veux, mais donne-moi juste un instant.


Tu comprends ?


C'est pas pour lui.


C'est pour moi.


Elle a juste besoin d'un instant.


Tu veux m'aider à lui en donner un ?


Euh, je ne sais pas ce que ça veut dire. Mais si tu y vas, j'y vais aussi.


OK, la pause est terminée.


Bois.


Tu veux me connaître ?


Tu t'es jamais défoncé à côté d'un gars dont le crâne avait explosé,


en pensant que tu as de la chance que sa cervelle n'ait pas éclaboussé ta dope.


Ou retrouvé allongé dans une flaque de gerbe et de merde.


En te foutant de qui est la merde et en pensant tout ce temps: "je suis si mal."


" Tout ce que je veux, c'est me sortir de là et me sentir mieux"


Tu savais ça de moi ?


Tu pensais avoir touché le fond, Rick ?


Tu n'as même pas idée jusqu'où on peut couler, hein ?


Tu penses être mauvais ? Tu penses avoir un démon à l'intérieur de toi ?


Tu ne sais même pas ce que ça veut dire.


Tu comprends ça, Rick ?


Tu dis quoi sur la banque de L.A., Bobby ?


Comme une tornade de balles.


Les rues pleine de sang et de douilles de balles.


C'était quoi ça ?


C'était quoi ça quoi ?


18 millions en liquide disparus.


Et tu étais justement là quand c'est arrivé.


Oui, j'étais justement là quand c'est arrivé.


C'est qui ?


Code 4. Suspect appréhendé.


Là.


Il est tout à vous.


Bonjour. Je m'appelle Charlie.


Dis "Bonjour, Charlie".


La haine est une prison.


Mais tu sais quoi, Rick ?


La prison aussi, est une prison.


Besoin d'aide ?


Juste... Assure-toi que je ne tombe pas.


Tout ce que je voulais, c'était un instant.


C'est, euh...


C'est zen.


N'est-ce pas, Crews ?


N'est-ce pas ?


C'est zen.


C'est bon. C'est bon.


N'est-ce pas ?


Ce jour-là...


Au braquage de la baque de L.A. ?


J'étais aux barricades.


Je... J'étais aux barricades.


Pas ce soir, Bobby. Ce soir, tu étais en plein dedans.


Bonjour.


Je m'appelle Dani.


Et euh...


Je suis sans défense.

Menu